La Tour d'Ouffet                 (Page vue entre 100 et 200 x)


(   Rue du Perron No , village de   Ouffet , localité de   Ouffet, Entité de   Ouffet )

     Tours    




  d'autres horizons ...          Annonces          Boutique        



















           La Tour (Li Toùr)
          
           Le bâtiment.
          
           La construction d'une forteresse à Ouffet remonte au XIIe siècle.
           Possession liégeoise, détachée de la terre de Durbuy, depuis 1155, la première tour édifiée sous l'impulsion de l'évêque de Liège Henri de Leez (1145-1164) fut détruite en 1212 par le comte de Bar et en 1313 par les Hutois.
           A chaque fois reconstruite, elle était encore en service au XVIe siècle et possédait alors un hourd et une chapelle.
           Elle abrita jusqu'à la fin de l'ancien régime la Haute Cour de Justice du Ban d'Ouffet.
          
           La dernière reconstruction de la tour date de 1593, époque à laquelle les manants d'Ouffet souhaitent restaurer la tour en ruine afin de protéger 'des pilleries des gens de guerre, volleurs et brigants.' (Remarquez l'orthographe de l'époque dans cette expression !).
           Ces manants adressèrent une requête à la Chambre des Comptes de Son Altesse à Liège pour, à l'aide des pierres tombées 'sur le même bien avec le cimetierre y joint, faire réparation et ériger un fort pour soy illecque pouvoir contregarder et retirer leur dite personne et biens.'
          
           Construite en moellons de calcaire, la tour présente cinq niveaux, de hauteur dégressive, sur caves hautes.
          
           Au XVIIe siècle, deux bâtiments annexes en moellons de calcaire et de grès ont été ajoutés respectivement contre la face nord-est (trois niveaux) tandis qu'au nord de la tour, on trouve une construction de deux niveaux en briques badigeonnées, réédifiée au XVIIIe siècle sur un noyau ancien de moellons.
          
           L'ensemble de bâtiments, restauré en 1987, est classé comme monument et ses alentours comme site depuis 1981.
          
           Les fonctions de cette tour:
          
           Trois fonctions étaient remplies par la tour de justice:
          
           La défense.
          
           Du haut de la tour, les habitants pouvaient apercevoir tout mouvement ennemi à plusieurs kilomètres à la ronde.
          
           L'administration du village.
          
           En tant que siège de la Haute Cour de Justice, la tour était le centre "administratif" du village. Les actes qui émanaient de la Cour de Justice étaient soit d'ordre privé (ventes, échanges, locations, rentes de terres), soir d'ordre public (la Cour de Justice était chargée de faire appliquer les ordonnances du Chapitre de Saint-Lambert et d'administrer le village; ainsi en était-il de l'organisation des assmblées de manants, de la perception de la taille, de l'inspection des chaemins, ...).
          
           La Justice.
          
           De nombreux procès divers eurent évidemment lieu dans cette tour: procès d'arbitrage, de droit commun, ... mais ceux qui marquent le plus les esprits sont sans nul doute les procès de sorcellerie qui eurent lieu au XVIIe siècle. Neuf procès nous sont actuellement connus, allant de 1614 à 1626. Au cours de cette période, il est question de quatre femmes et de cinq hommes. Cinq furent condamnés au bûcher, un fut banni à perpétuité de la principauté, un autre fut relaxé, quant aux deux derniers, nous ignorons tout de la sentence.
          





Aller vers:   Catalogue Videos       Dernières Modifications       Plan par secteurs       Plan Général       E-mail

Services Google:   Plans et Cartes       Actualités       Mail        Photos        Autres services

Autres liens:   Sites belges (Linkcity)       Annonces       journal La Meuse       journal Le jour-Vers l'avenir


Google